mercredi 31 octobre 2012

D'un printemps à l'autre


"L'histoire se répète toujours deux fois : la première fois comme une tragédie, la seconde fois comme une comédie", disait Marx.
L'histoire se répète mais l'idéologie islamique est inaltérable, égale à elle même et inégale envers les principes fondamentaux de la démocratie, de l'humanisme et de l'être humain, et se trouve aux antipodes de notre culture et de notre morale occidentales. A cet effet, lorsque les conséquences historiques des évènements secondaires à l'idéologie islamique se répètent, il s'agit toujours d'une tragédie.
Le premier acte de la tragédie contemporaine que l'occident subira indirectement se situe au début des années 1980 en Iran. Le Shah allait être destitué par un révolutionnaire barbu hébergé depuis belle lurette aux frais de la République Française à Neauphle-le-Château. Aujourd’hui dans la novlangue médiatique, on aurait gentiment baptisé cette farce de Printemps Perse et le valeureux révolutionnaire de l’époque s’appellerait Khomeini. A peine trente ans plus tard, cette révolution a enfanté d’un régime des plus totalitaires se basant sur la charia islamique et dont le but clairement avoué est l’extermination du monde occidental mécréant, ces festivités coïncidant avec le retour du 12ème Mehdi.
Le deuxième acte est l’avènement du printemps arabe qui a permis l’éclosion d’une myriade de régimes islamiques sur le pourtour du bassin méditerranéen. La tragédie dont on n'estime pas encore l'ampleur inqualifiable et les conséquences catastrophiques sur notre civilisation est qu'à la grande différence avec la révolution iranienne confinée principalement dans l’Iran chiite, le Printemps Arabe, de confession sunnite et donc grassement financé par les monarchies pétrolifères du Golfe, étend ses ramifications profondes dans la totalité des pays européens. Aujourd'hui ces révolutionnaires islamiques issus de ce Printemps Arabe sont reçus en grande pompe à l’Elysée, et se voient accorder par le biais de la communauté internationale des philantropes islamophiles des aides financières qui serviront plus que probablement à acheter des armes qui seront retournées prochainement contre leurs mécènes.
De plus, si le résultat du Printemps Perse est la détention de l'arme nucléaire trois décennies plus tard, le résultat de son cousin arabe est la détention d'une arme autant efficace pour l'annihilation d'une civilisation. Une arme déjà présente et dont les effets sont déjà visibles : une invasion de peuplement et une islamisation soutenue par des collabos dhimmis.
Je vous laisse imaginer dans 30 ans le paysage apocalyptique qui subsistera en France et en Europe.
Maintenant on se réveille.
Pierre Mylestin

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire